Retour. Cliquez... Sommaire. Cliquez...

En 1989, Claude PIOT avait relevé à main levée, aux AD de Gap, le plan cadastral de Rabioux. On pourra comparer ce plan cadastral du début du XIXème siècle et la gravure de Willy datant de la même époque.

Le nom des propriétaires de la fin du XIXème siècle est donné dans le tableau ci dessous.

Toutes ces maisons ont été rasées, ne subsiste plus que le n° 171 seul bâtiment debout actuellement, transformé en gîte d'étape par l'ONF.

86 Etienne PIOT
148 BONNIOT
164 Etienne PIOT
162 ROUX
145 CORNAND dit CAMARET
167 MICHEL dit RABOUTI
170 Pierre ANDRE
171 Etienne PIOT
172 Ecurie PIOT
176 Jean CORNAND
182 Arnous CORNAND
187 Hangar Etienne PIOT
188 Ecurie J-P PIOT .

Rabioux en 1880. Cliquez...

L'abbé Paul Guillaume explique le regroupement des maisons, au point que certaines se touchent et ne sont séparées que par un mur mitoyen, soit par le besoin de profiter de la seule partie du territoire à l'abri, soit pour ménager le plus possible le terrain cultivable ou bien encore pour s'entraider, mais encore pour des raisons de sécurité  (1) :

Au moyen âge, la plupart des villages alpins étaient entourés de murailles ou barris qui se fermaient la nuit, au moyen de portes, afin de mettre les populations et leur avoir à l'abri des incursions des voleurs ou des bandes armées qui traversèrent si souvent les Alpes, et même des ravages des loups, comme par exemple durant les années 1612-1618.

La proximité des habitations ainsi que le chaume utilisé pour la couverture des maisons expliquent pourquoi les incendies, dans la plupart des villages alpins, étaient auparavant la fois si fréquents et si terribles. On sait que le hameau fut partiellement détruit lors de l'incendie du 4 mars 1904. 


  1. Ministère de l'Instruction Publique, des Beaux Arts et des Cultes, "Enquête sur les conditions de l'habitation en France ; Les maisons-types", E. Leroux Ed., Paris, 1894.