Retour. Cliquez...

Balthazar FLOTTE, sieur de LA FRÉDIÈRE, coseigneur de Châteauvieux-sur-Tallard, est le fils de Jean FLOTTE DE LA FRÉDIÈRE et de Françoise BOVET DE MORAS (1).

Selon ROMAN, à la mort de son père, Balthazar pourrait avoir revendu la terre de La Frédière aux barons de Montmaur (2). Cependant cette branche de la famille continuera à porter le nom de FLOTTE DE LA FRÉDIÈRE.

Vers 1620, Balthazar épouse en deuxièmes noces à Hauterives (Drome) la fille d'une famille de la haute noblesse du Dauphiné, Claudine DE CHASTELARD, fille de Claude et de feue Jeanne DE MUSY. Le couple aura 3 fils : Antoine (ou Jean Antoine), l'aîné, futur prieur moderne de La Roche-des-Arnauds, Jean-Annibal-Antoine-Alexis et Henri.

Après avoir joui un temps de son héritage, la moitié des biens de sa mère et la moitié de ceux de son père. Balthazar, par un acte du mois d'avril 1624, achète une grange des héritiers de feu Pierre BOUVIER, dans la paroisse de Bougé appelée de Portes. Le 17 septembre de cette même année, il est redevable à Christophe DELOZIÈRE de la somme de 12 506 livres 11 sols et 6 deniers, tant pour la dot de sa sœur, mademoiselle Philippe FLOTTE, que pour un prêt fait par son frère à cette dernière.

À la suite de mauvaises affaires suivies de longs procès, dont nous ne savons rien, il est contraint de vendre tous ses biens à son frère Jean-Antoine, l'abbé de Bonnevaux, par contrat passé devant notaire le 11 mai 1629. Sont vendus la grange de Bougé, récemment achetée, ainsi que tout ce qui dépend de la maison forte de Tivoley, et notamment les meubles qui sont dans une chambre appelée la chambre tannée : un grand tapis de Turquie, un bassin, deux aiguières, deux coupes et deux salières, le tout en argent. S'y ajoutent les cuves, les tonneaux et le bétail.

Nés d'un père bâtard, un arrêt du 30 mai 1634 menace Balthazar et son frère Jean-Antoine d'être déchus de leur titre de noblesse. Ils réagissent promptement et démontrent que leur père, bien que né bâtard, a été légitimé et confirmé dans le noblesse par lettres patentes d'Henri IV au mois d'août 1602. Il rappellent que de simple soldat, leur père est devenu capitaine puis maître de camp d'un régiment de dix compagnies et qu'il a participé à trente-sept batailles où il a reçu vingt glorieuses blessures, pendant quarante années de loyaux et fidèles services à sa Majesté le Roi de France. Ils se glorifient de n'avoir jamais acquis que des biens tenus par d'anciens nobles et se plaignent que, malgré les charges et emplois que leur père a possédés et malgré les services qu'il a rendus à trois rois, leur père n'a "laissé que des dettes à payer, ce qui en fait sans mentir les plus pauvres gentilhommes de la province de Dauphiné".

Claudine DE CHASTELARD, la seconde épouse de Balthazar FLOTTE, est la soeur d'Henri DE CHASTELARD DE SALIÈRES. Ce mariage va avoir une grande importance pour le devenir des FLOTTE DE LA FRÉDIÈRE. En effet DE SALIÈRES est le futur colonel du régiment de Carignan-Salières, régiment qui s'illustrera, notamment, au Canada. Or nous savons que c'est dans ce régiment que feront carrière deux des fils de Balthazar, Jean-Annibal-Antoine-Alexis et Henri.

Mais aussi fort probablement Balthazar lui même. En effet, lorsque le 27 juillet 1640, Balthazar teste chez Maître Étienne ARTHEMALE avant de se mettre "en marche pour le siège de Turin avec d'autres gentilhommes", on peut penser qu'il va rejoindre le régiment de Carignan (encore appelé régiment de Savoie) car c'est précisément dans la province de Turin, qu'en 1642, ce régiment est levé par Thomas-François DE SAVOIE, prince DE CARIGNAN.

Dans son testament, Balthazar, qui réside alors à Espinouze dans le mandement de Moras, déclare vouloir être enseveli dans la chapelle Saint André de l'église paroissiale de Bongré en la maison forte de Tivoley. Il laisse 1 500 livres à Jean-Antoine son fils aîné, Annibal-Alexis et son 3ème fils, Henri, qui n'est pas encore baptisé.

Le 19 juin 1643, il nomme Jacques RICHAN, procureur aux cours de Gap, son procureur comme père et administrateur de la personne et des biens de messire Antoine FLOTTE, son fils, prieur moderne de La Roche-des-Arnauds.

Après cette date nous n'avons plus aucune information concernant Balthazar FLOTTE. A t'il trouvé la mort lors des combats soutenus par le régiment de Carignan ?


  1. Merci à Michel POURROY qui m'a autorisé à utiliser les informations concernant la famille FLOTTE signalées dans son site généalogique sur le serveur Geneanet.
  2. Joseph ROMAN, "Tableau Historique du département des Hautes-Alpes", A. Picard Ed., Paris, 1890.